Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / High Tech / Numérique: la taxe européenne "est toujours sur la table" pour Moscovici

Numérique: la taxe européenne "est toujours sur la table" pour Moscovici

Paris (AFP) Mardi 18 Décembre 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Le commissaire européen Pierre Moscovici à Bruxelles le 5 décembre 2018 (AFP/Archives-Aris Oikonomou)

Le commissaire européen Pierre Moscovici a assuré mardi que la proposition de taxe européenne sur les géants du numérique (Gafa) était "toujours sur la table", au lendemain de la décision de la France de la prélever dès le 1er janvier.

"Cette taxe est toujours sur la table. Je ne renonce pas", a affirmé le commissaire aux Affaires économiques sur RTL. "On doit faire le maximum d'ici le mois de mars pour y arriver", a-t-il ajouté.

Sur CNews, le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier, qui s'est dit personnellement favorable à cette taxe, a également souhaité "arriver à une solution conjointe d'ici l'été".

Les chiffres d'affaires de Google et Facebook dans l'UE (AFP-Thomas SAINT-CRICQ)

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, qui avait défendu sans succès jusqu'à présent l'adoption d'une taxe au niveau européen sur les géants du numérique, appelés Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, etc.), a annoncé lundi que la France commencerait à prélever cette taxe dès le premier janvier.

M. Le Maire n'a pas baissé pour autant les bras sur le plan européen et espère toujours que la taxe soit adoptée d'ici au mois de mars.

"Notre détermination à obtenir avant le mois de mars 2019 une décision européenne à l'unanimité sur une directive est totale", a-t-il assuré.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.