Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Insolite / Au Mexique, les vols commerciaux du président font trembler police et équipage

Au Mexique, les vols commerciaux du président font trembler police et équipage

Mexico (AFP) Mercredi 20 Février 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador au comptoir d'embarquement avant de prendre un vol commercial, le 15 février 2019 à l'aéroport de Mexico (AFP-Alfredo ESTRELLA)

Il voyage en classe économique, se laisse photographier par les passagers, à peine protégé par ses assistants : le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador met à rude épreuve les nerfs de la police et de l'équipage quand il prend place à bord d'un vol commercial.

"Bien sûr, toutes les photos que vous voudrez", répond en souriant le président, connu aussi sous l'acronyme AMLO, lorsqu'une femme l'intercepte dans le hall de l'aéroport de Mexico alors qu'il s'apprête à embarquer à destination de l'Etat de Sinaloa (ouest), un des plus violents du pays.

En quelques secondes, un attroupement se forme autour du chef de l'Etat, qui avait promis pendant sa campagne de ne voyager qu'en vols commerciaux. L'avion présidentiel de son prédécesseur Enrique Peña Nieto, un Boeing Dreamliner 787-8 qui avait coûté 218 millions de dollars, est d'ailleurs en vente aux Etats-Unis.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador à l'aéroport de Mexico avant d'embarquer sur un vol commercial, le 15 février 2019 (AFP-Alfredo ESTRELLA)

Malgré les menaces directes formulées par les "huachicoleros", ces bandes criminelles qui s'enrichissent en faisant du trafic d'essence et qu'AMLO s'est engagé à éradiquer, il a ordonné, depuis sa prise de fonction le 1er décembre, au millier de militaires qui formaient les escortes de ses prédécesseurs de travailler "au bénéfice du peuple".

Il les a remplacés par une équipe d'assistants réputés pour leur loyauté, mais dont aucun n'est spécialiste des questions de sécurité. Lors du voyage pour Sinaloa, ces trois femmes et deux hommes sont bien occupés à repousser les journalistes et prient les admirateurs de laisser le président tranquille une fois qu'ils ont pris leur photo.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador se fait photographier avec une voyageuse avant d'embarquer sur un vol commercial, le 15 février 2019 à l'aéroport de Mexico (AFP-Alfredo ESTRELLA)

Selon l'institut de sondage Mitofsky, M. Lopez Obrador, premier président de gauche du pays, bénéficie de 80% d'opinions favorables. Un record de popularité pour un président mexicain. Il a notamment su séduire en promettant de réduire son salaire et celui des hauts-fonctionnaires.

- Coeur et trèfle -

Sa détermination à voyager comme tout le monde prend une tournure insolite lorsqu'il s'agit de passer les contrôles de sécurité de l'aéroport. Se montrant attentif envers les employés, il se déleste de son téléphone portable, de quelques pièces de monnaie et, comme tous les autres passagers, de sa ceinture.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador passe les contrôles de sécurité avant d'embarquer sur un vol commercial, le 15 février 2019 à l'aéroport de Mexico (AFP-Alfredo ESTRELLA)

De loin, un policier fédéral chargé de la surveillance du terminal observe la scène. "Le pire c'est lorsqu'il doit traverser tout l'aéroport pour embarquer (...) Les gens se ruent sur lui. Si quelqu'un veut un jour lui faire du mal, nous ne pourrons rien faire", expose l'officier sous couvert d'anonymat.

Dans la file d'attente pour embarquer, AMLO est aussi une proie facile pour les journalistes. "Vous portez au moins un gilet pare-balles ?", l'interroge un reporter de l'AFP.

"J'ai de nombreuses protections. Voici un bouclier !", répond le président en montrant une image du Coeur sacré de Jésus. Parmi ses autres amulettes, un trèfle et un dollar que lui a donnés un migrant mexicain.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador à bord d'un vol commercial à destination de Culiacan, le 15 février 2019 à l'aéroport de Mexico (AFP-Alfredo ESTRELLA)

A bord de l'avion, une fois installé sur son siège, il continue d'accorder des selfies aux passagers qui le demandent. Parmi eux, Carmen Diaz, 52 ans, qui se rend à Sinaloa pour une fête familiale : "Jamais je n'aurais pensé que je voyagerais un jour avec le président. Une fois je m'étais dit que cela serait moins sûr pour les passagers (...), mais c'est le contraire, car le vol est davantage sécurisé", estime-t-elle.

Alejandra Martinez, une hôtesse, se montre moins enthousiaste. "C'est horrible. Les passagers ne tiennent aucun compte des instructions de sécurité. Ils se lèvent de leur siège, même pendant les turbulences et les journalistes ne comprennent pas que leur caméra peut se transformer en un projectile si l'avion subit un imprévu", s'agace-t-elle.

Le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador (g), à bord d'un vol commercial, parle avec des passagers, le 15 février 2019 à l'aéroport de Mexico (AFP-Alfredo ESTRELLA)

A la descente de l'avion, le président est accueilli par une foule de partisans, mais aussi par les épouses en colère de policiers tombés dans la lutte contre les narco-trafiquants. Sans prendre le temps de les écouter, il traverse la foule et se dirige, sous bonne garde, vers le convoi escorté du gouverneur régional.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.