Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Média / Radio France: appel à une grève mardi contre le plan d'économies

Radio France: appel à une grève mardi contre le plan d'économies

Paris (AFP) Jeudi 13 Juin 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Un an après son arrivée à la tête de Radio France, Sibyle Veil a annoncé un plan de transformation qui prévoit de supprimer sur trois ans autour de 300 postes sur 4.600 salariés, déclenchant de vives protestations des syndicats (AFP/Archives-ludovic MARIN)

Six syndicats de Radio France ont lancé jeudi un appel à une grève de 24 heures le mardi 18 juin pour demander le retrait du nouveau plan d'économies qui prévoit la suppression de 300 postes.

"Le plan d'économies, portant sur la période 2019/2022, constitue une remise en cause sans précédent des missions de service public et du cadre social de Radio France", déplorent les syndicats CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud et Unsa dans un communiqué demandant "le retrait de ce plan dangereux et destructeur" ainsi qu'un "effectif et des moyens nécessaires pour remplir nos missions de service public".

La patronne du groupe Sibyle Veil a annoncé la semaine dernière un plan qui vise à réaliser 60 millions d'euros d'économies d'ici 2022, pour répondre à la baisse de la contribution de l'Etat (moins 20 millions d'euros sur quatre ans), anticiper une hausse des charges de personnel et investir davantage dans le numérique.

"Radio France a déjà fait les frais de plans d'économies successifs, qui ont conduit à des salaires bloqués depuis 7 ans, de nombreux départs non remplacés et la politique de redéploiements au profit d'activités nouvelles, qui ont désorganisé bon nombre de secteurs", dénoncent les syndicats.

Pour eux, le nouveau plan "constitue un appauvrissement de l'entreprise et une remise en cause de l'équilibre social qui prend en compte l'activité d'une entreprise fonctionnant 7 jours sur 7, 24h sur 24".

"L'indépendance éditoriale de cette maison, la qualité et la richesse de ses contenus, produits exclusivement en interne, le rayonnement de ses formations musicales ainsi que l'excellence de sa proximité en région ne peuvent s'accommoder d'économies drastiques et d'une course déraisonnable aux ressources propres", estiment-ils.

"Contrairement à ce qu’annonce partout Sibyle Veil, il n’y a aucun +pacte social+, aucune concertation avec les salariés et leurs représentants", poursuivent-ils dénonçant un "chantage" de la direction.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.