Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Média / Radio: France Inter reste en tête en nombre d'auditeurs, Europe 1 dégringole

Radio: France Inter reste en tête en nombre d'auditeurs, Europe 1 dégringole

Paris (AFP) Jeudi 18 Juillet 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

France Inter est devenue la première radio de France devant RTL sur la période janvier-mars, selon les chiffres d'audiences publiés jeudi par Médiamétrie, tandis qu'Europe 1 s'est effondrée à un nouveau plus bas (AFP/Archives-PATRICK KOVARIK)

France Inter a conservé au printemps son titre de première radio de France en nombre d'auditeurs, mais RTL est repassée en tête selon les autres critères, tandis qu'Europe 1 n'en finit plus de s'enfoncer.

Selon les données de Médiamétrie publiées jeudi, sur la période avril-juin, France Inter a vu son audience cumulée (AC) augmenter de 0,9 point par rapport à un an plus tôt, à 11,6%, tandis que RTL perd 0,6 point à 11,2%. France Inter affiche ainsi près de 6,3 millions d'auditeurs, contre un peu plus de 6 millions pour RTL.

Mais RTL est repassée devant Inter en termes de part d'audience (12,4% contre 12%) et de durée d'écoute (2H24 en moyenne, soit 9 minutes de plus qu'Inter). Les deux stations revendiquaient chacune avec fierté, ce jeudi, le titre de "première radio de France".

"C'est un retour gagnant pour RTL, qui retrouve son niveau d'audience des dernières saisons", fait ainsi valoir à l'AFP Régis Ravanas, le nouveau dirigeant des radios du groupe M6, estimant que la part d'audience, qui intègre le temps passé par les auditeurs sur chaque antenne, est plus pertinente que l'audience cumulée.

Radios : France Inter reste en tête (AFP-)

"Cela montre que les nouveautés lancées sur la grille cette saison ont marché et que les auditeurs de RTL les acceptent, ce qui n'est pas toujours évident en radio, et cela nous incite à de nouvelles innovations à la rentrée", dit-il. Outre l'arrivée prévue de Thomas Sotto, pour remplacer Marc-Olivier Fogiel parti diriger BFMTV, et Alba Ventura qui remplacera Elizabeth Martichoux pour l'interview de 7H45, il laisse entrevoir "d'autres changements".

"Ce que je retiens c'est que France Inter est la radio la plus écoutée de France puisqu'on est en tête en audience cumulée, et on a toujours considéré que c'était le nombre d'auditeurs qui comptait", réplique sa directrice Laurence Bloch.

"Toutes nos émissions cartonnent, en particulier le 7-9 qui fait une saison historique", dit-elle à l'AFP. Elle y voit le fruit d'"une grille de programmes qui est très cohérente, très branchée sur son époque".

Pour Sibyle Veil, PDG de Radio France, la maison-mère de France Inter, cette vague "extraordinaire" clôt en beauté une saison particulièrement faste pour le service public et récompense "le choix de programmes forts et de qualité". "Toutes nos radios publiques progressent et Radio France touche 14,9 milions d'auditeurs", souligne-t-elle.

- Europe 1 s'effondre -

Dans les studios de RTL, le 16 mars 2018 (AFP/Archives-Ludovic MARIN)

NRJ reste quant à elle solidement installée sur la troisième marche du podium et en tête des radios musicales, malgré une audience cumulée en repli (-0,4 point à 9,8%). "Les radios du groupe NRJ (NRJ, Chérie, Nostalgie, Rire et chansons), sont écoutées chaque jour par plus de 11 millions d'auditeurs, ce qui en fait la première offre de radio commerciale de France", précise Maryam Salehi, directrice déléguée du groupe.

NRJ, qui reste la reine incontestée des radios chez les moins de 65 ans, est notamment portée par l'émission "C Cauet" (17H-20H), qui a recruté près de 200.000 auditeurs en un an. Elle sera rallongée "d'une heure dès la rentrée prochaine, de 16H à 20H".

Par ailleurs, sur cette vague marquée par une actualité politique soutenue avec les européennes, franceinfo (+0,1 point à 8,1%) creuse l'écart sur RMC (-0,7 point à 7,1%). "C'est la meilleure vague depuis 2014 pour franceinfo, hors élection présidentielle", assure son patron Vincent Giret.

Dans les studios d'Europe 1, le 20 décembre 2018 (AFP/Archives-Thomas SAMSON)

Côté Radio France encore, "France Culture signe la plus forte progression de toutes les radios cette saison (+17% à 2,7% d'audience cumulée)", souligne sa dirigeante Sandrine Treiner. Elle y voit le succès de "son positionnement éditorial" et de "sa stratégie numérique et de podcasts", qui permet d'appâter de nouveaux auditeurs chez les actifs et les jeunes.

A l'inverse, Europe 1 n'en finit plus de s'enfoncer: elle a touché un nouveau plus bas historique à 5% d'audience cumulée, un effondrement de 1,5 point sur un an.

Elle enfonce son précédent plancher historique atteint cet hiver (5,9%). Et se retrouve 9e ex aequo avec Fun. Une nouvelle contre-performance pour la station du groupe Lagardère, qui cherche toujours la martingale pour sortir de l'ornière. Pour la deuxième fois en deux ans, elle va changer à la fois de matinalier (Matthieu Belliard remplacera Nikos Aliagas à la rentrée) et de dirigeant, avec le départ de Laurent Guimier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.