Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / People / Lady Gaga regrette sa collaboration avec R. Kelly, soutient les victimes

Lady Gaga regrette sa collaboration avec R. Kelly, soutient les victimes

New York (AFP) Jeudi 10 Janvier 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Lady Gaga et R. Kelly (AFP/Archives-VALERIE MACON, Frederic J. BROWN)

La chanteuse américaine Lady Gaga a regretté publiquement avoir collaboré avec R. Kelly, à l'occasion d'une chanson en 2013, qualifiant de "terrifiants et indéfendables" les faits dont est accusé le chanteur américain, et affiché son soutien aux victimes présumées.

Grande figure du R&B des années 90, auteur notamment du titre "I Believe I Can Fly", R. Kelly défraie aujourd'hui la chronique après la diffusion d'un documentaire accablant la semaine dernière.

Dans le documentaire "Surviving R. Kelly", long de six heures, diffusé sur la chaîne câblée Lifetime, plusieurs femmes accusent le chanteur d'avoir eu des relations sexuelles avec des jeunes filles de moins de 16 ans alors qu'il était majeur.

D'autres témoins assurent que Robert Sylvester Kelly, de son vrai nom, s'est entouré de femmes qu'il a transformé en esclaves sexuelles et qui sont aujourd'hui totalement coupées de leurs proches.

Lady Gaga s'est exprimée sur le sujet car elle a enregistré en 2013 un morceau avec R. Kelly dont le contenu, et le titre ("Do What U Want With my Body", fais ce que tu veux de mon corps) interrogent à la lumière des accusations visant le chanteur.

"En tant que victime d'agression sexuelle moi-même, j'ai fait ce morceau et cette vidéo à un moment sombre de ma vie", a expliqué Lady Gaga dans un message posté dans la nuit de mercredi à jeudi sur son compte Twitter.

"Mon intention était de créer quelque chose d'extrêmement provocateur et rebelle", a-t-elle ajouté, "parce que j'étais en colère et je n'avais toujours pas réalisé le traumatisme que cela avait eu sur ma vie".

A la vue du titre et du contenu du morceau, "il apparaît clairement à quel point mon esprit était troublé", a écrit celle qui affirme avoir été violée, à l'âge de 19 ans, par un producteur de musique dont elle n'a jamais révélé l'identité.

"Je ne peux pas revenir en arrière, mais je peux continuer à soutenir les femmes, les hommes et les personnes de toutes identités sexuelles, de toutes origines ethniques, qui sont victimes d'agression sexuelle", a poursuivi la chanteuse.

Elle a indiqué qu'elle retirerait le morceau de toutes les plateformes de musique en ligne et qu'elle ne travaillerait plus avec R. Kelly.

"Je suis désolé, à la fois pour mon manque de discernement quand j'étais jeune, et aussi de ne pas avoir parlé plus tôt", a-t-elle conclu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.