Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / People / Ronaldinho laisse son empreinte dans le panthéon du foot brésilien

Ronaldinho laisse son empreinte dans le panthéon du foot brésilien

Rio de Janeiro (AFP) Mardi 08 Janvier 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Ronaldinho Gaucho dépose les empreintes de ses pieds au panthéon du football brésilien au Maracana à Rio, le 8 janvier 2018 (AFP-MAURO PIMENTEL)

Un an après avoir raccroché les crampons, Ronaldinho a laissé mardi les empreintes de ses pieds au panthéon du football brésilien, situé au coeur du mythique stade Maracana de Rio de Janeiro.

"C'est un des plus grands trophées de ma carrière", a déclaré le Ballon d'or 2005, brandissant la plaque mauve avec ses empreintes qui sera désormais exposée aux côtés de celles de légendes comme Pelé ou Zico dans le musée du Maracana.

Accueilli au rythme des percussions d'une école de samba, Ronaldinho, 38 ans, affichait un sourire radieux, comme au temps où il enflammait les stades avec ses dribbles.

"Tout me manque, surtout les amitiés (tissées dans le monde du foot)", a affirmé le champion du monde 2002, interrogé sur sa vie de jeune retraité du ballon rond.

Ronaldinho a expliqué mardi avoir déjà été invité à laisser ses empreintes en 2011, quand il jouait à Rio pour le club de Flamengo, mais n'avait pas pu le faire pour des questions de disponibilité.

Révélé au Gremio de Porto Alegre, l'ex-crack brésilien a fait ses armes en Europe au Paris SG, avant d'exploser au FC Barcelone, où il est une véritable idole.

Il a également joué pour le Milan AC, avant de revenir au Brésil pour évoluer à Flamengo, Atlético Mineiro, puis Fluminense, après un passage à Queretaro, au Mexique.

Au Maracana, Ronaldinho n'a pas souhaité répondre aux questions des journalistes au sujet du début de mandat du président d'extrême droite Jair Bolsonaro, qu'il a soutenu sur les réseaux sociaux.

Il ne s'est pas non plus manifesté sur la confiscation de son passeport décidée en novembre par la justice brésilienne, en raison d'une amende impayée de 8,5 millions de réais (environ 2 millions d'euros) pour dégâts environnementaux causés par une construction illégale dans une zone protégée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.