Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / People / USA: la police de Las Vegas demande de l'ADN à Ronaldo, accusé de viol

USA: la police de Las Vegas demande de l'ADN à Ronaldo, accusé de viol

Los Angeles (AFP) Jeudi 10 Janvier 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

La star de la Juventus Cristiano Ronaldo, placée sur le banc de touche, lors d'un match de Serie A à Bergame, le 26 décembre 2018 (AFP/Archives-Marco BERTORELLO)

La police de Las Vegas a demandé aux autorités italiennes d'effectuer un prélèvement d'ADN sur la star du football Cristiano Ronaldo, accusé de viol en juin 2009 par une jeune Américaine rencontrée en boîte de nuit, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Un avocat de Ronaldo à Las Vegas, Peter S. Christiansen, a toutefois estimé que cette procédure était "des plus classiques".

"M. Ronaldo a toujours maintenu, c'est encore le cas aujourd'hui, que ce qui s'est passé à Las Vegas en 2009 était de nature consensuelle. Il n'est donc pas surprenant que de l'ADN soit présent, ni que la police fasse cette demande des plus classiques dans le cadre de son enquête", a-t-il affirmé dans un bref communiqué transmis à l'AFP.

Le Wall Street Journal a révélé jeudi que la police de Las Vegas avait transmis aux autorités judiciaires italiennes une requête pour obtenir un échantillon d'ADN de l'attaquant-vedette de la Juventus Turin.

Sollicitée par l'AFP, la police de Las Vegas qui a rouvert l'enquête sur les accusations de viol portées par Kathryn Mayorga contre le footballeur portugais, n'avait pas répondu jeudi après-midi.

Ronaldo avait déjà assuré le 10 octobre avoir eu une relation "complètement consentie", selon un communiqué de l'un de ses avocats.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.