Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Politique / Renault: réunion tournée "vers l'avenir" entre Le Maire et Senard

Renault: réunion tournée "vers l'avenir" entre Le Maire et Senard

Paris (AFP) Jeudi 13 Juin 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Le siège de Renault, le 24 janvier 2019 à Boulogne-Billancourt (AFP/Archives-ERIC PIERMONT)

Le ministre des Finances Bruno Le Maire et le président de Renault Jean-Dominique Senard ont eu jeudi "un entretien tourné vers l'avenir" à Bercy, après des déclarations publiques sur la responsabilité de l'échec de la fusion entre le constructeur français et le groupe Fiat Chrysler (FCA).

"Ils ont eu un excellent entretien tourné vers l'avenir du groupe Renault et de l'Alliance" avec Nissan, a indiqué à l'AFP l'entourage du ministre, après sa réunion avec M. Senard au lendemain de sa confirmation à la tête du groupe au losange lors de l'assemblée générale des actionnaires.

"M. Le Maire a renouvelé sa confiance à M. Senard et réitéré que l'objectif était la consolidation de l'alliance avec Nissan", a-t-il ajouté.

Pour sa part, Renault n'a pas souhaité faire de commentaire sur cet entretien et a simplement rappelé que les deux hommes se parlaient régulièrement et qu'il l'avaient encore fait avant l'assemblée générale de mercredi.

Le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'Elysée, le 12 juin 2019 à Paris (AFP-ludovic MARIN)

Avant sa rencontre avec le patron de Renault, le ministre avait assuré sur France Info que l'Etat n'avait pas empêché la fusion entre le constructeur français et FCA.

"Nous n'avons pas fait capoter le mariage entre Renault et Fiat", a-t-il affirmé, tout en rappelant que l'Etat restait dans son rôle d'actionnaire de référence du groupe au losange. "Ne comptez pas sur moi pour regarder passer les trains comme actionnaire de référence", a-t-il prévenu.

"L'Etat n'agira jamais ni sous la pression ni dans la précipitation dans cette affaire", a-t-il martelé. Devant les actionnaires, M. Senard s'était dit déçu que le projet de fusion avec Fiat Chrysler n'ait pu se poursuivre, en raison des délais supplémentaires réclamés par l'Etat français.

"Nous n'avons jamais opposé de veto", a répliqué M. Le Maire. "Nous avons simplement demandé, voyant que Nissan n'apportait pas son soutien, cinq jours supplémentaires pour examiner l'opération", a-t-il rappelé, qualifiant ce délai de "raisonnable".

"La stratégie qui a toujours été la nôtre (...), c'est le renforcement de l'alliance entre Renault et Nissan. C'est le cœur de la profitabilité de Renault comme de Nissan. On ne va pas changer de stratégie tous les quatre matins", a-t-il affirmé.

Le président de Renault Jean-Dominique Senard le 12 mars 2019 lors d'une conférence de presse au siège de Nissan, à Yokohama (AFP/Archives-Behrouz MEHRI)

M. Le Maire a souligné que toute décision stratégique "suppose que le partenaire japonais soit associé et qu'au bout du compte il soit d'accord", a-t-il souligné.

Lors de l'assemblée générale, le président de Renault avait fait longuement l'éloge de ce projet de fusion avorté qui aurait créé le numéro 3 mondial de l'automobile.

"Ce que sera l'avenir, je ne sais pas", a déclaré le président. "Ce projet reste dans ma tête un sujet tout à fait remarquable et d'exception", a-t-il ajouté.

Il a révélé que c'était M. Le Maire qui lui avait "suggéré il y a quelques mois de prendre contact avec les dirigeants de Fiat Chrysler".

Il a justifié cette initiative par le contexte de la montée en puissance de l'industrie chinoise qui représentera, selon lui, une concurrence redoutable dans les années à venir, et par les investissements colossaux que devront engager les constructeurs pour créer de nouveaux véhicules électriques, autonomes et connectés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.