Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Santé / Moments d'échange, intimité, liberté: les résidents d'Ehpad expriment leurs attentes

Moments d'échange, intimité, liberté: les résidents d'Ehpad expriment leurs attentes

Paris (AFP) Jeudi 06 Décembre 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Les pensionnaires des maisons de retraite souhaiteraient davantage d'intimité, de liberté d'aller et venir, de moments d'échange, et surtout plus de personnel pour les prendre en charge, selon une étude (AFP/Archives-STEPHANE DE SAKUTIN)

Les pensionnaires des maisons de retraite souhaiteraient davantage d'intimité, de liberté d'aller et venir, de moments d'échange, et surtout plus de personnel pour les prendre en charge, selon une étude publiée jeudi par l'association Les Petits frères des pauvres.

"J'ai besoin de discuter", "je m'ennuie trop ici", "la porte qui s'ouvre sans avoir frappé, ça ne me convient pas", "je me considère comme un détenu": après avoir interrogé à travers toute la France 97 seniors de 59 à 99 ans, l'association a choisi de mettre en avant des témoignages "touchants", et parfois "incisifs".

Au-delà du débat "légitime" sur les conditions de travail du personnel dans les maisons de retraite, "nous avons pensé qu'il fallait aussi faire entendre pleinement la voix des sans voix, des invisibles que sont les résidents", a expliqué Alain Villez, le président des "Petits frères".

Une partie des propositions des personnes âgées a été déposée sur le site internet de la consultation lancée par le gouvernement en vue d'une loi sur la dépendance en 2019 - consultation qui vient de s'achever.

Les pensionnaires des maisons de retraite souhaiteraient davantage d'intimité, de liberté d'aller et venir, de moments d'échange, et surtout plus de personnel pour les prendre en charge, selon une étude (AFP/Archives-STEPHANE DE SAKUTIN)

Marie-Josée, 69 ans, qui vit dans un Ehpad de Lille, se sent "à la merci" du personnel pour de nombreux gestes du quotidien car elle est amputée d'une jambe et se déplace en fauteuil roulant.

Le plus contraignant, pour elle, c'est de devoir attendre parfois jusqu'à la fin de la matinée avant que les aides-soignantes ne viennent l'aider à faire sa toilette.

A son étage, "ils sont trois soignants pour 31 résidents. Autant vous dire que les toilettes, le matin, c'est à la chaîne (...) Ils ne prennent pas le temps de nous parler", déplore la sexagénaire, qui juge qu'il faudrait surtout "plus de personnel".

Les personnes interrogées souhaitent également pouvoir sortir plus facilement de leur établissement, par exemple pour faire quelques courses. "C'est une liberté fondamentale, mais c'est sans doute l'une des plus bafouées, car pour des raisons de sécurité, pour sortir il faut pouvoir être accompagné", a commenté M. Villez.

Les pensionnaires des maisons de retraite souhaiteraient davantage d'intimité, de liberté d'aller et venir, de moments d'échange, et surtout plus de personnel pour les prendre en charge, selon une étude (AFP-STEPHANE DE SAKUTIN)

Pour les Petits frères des pauvres, l'amélioration du quotidien des résidents doit passer notamment par une hausse des effectifs, un plus grand respect des habitudes individuelles et des offres intermédiaires entre le maintien à domicile et l'Ehpad.

Armelle de Guibert, déléguée générale de l'association, suggère par exemple de "servir les petits déjeuners sans horaire fixe, pour redonner plus de liberté aux pensionnaires".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.