Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Société / Dernier baroud d'honneur à Washington pour les motards du "Rolling Thunder"

Dernier baroud d'honneur à Washington pour les motards du "Rolling Thunder"

Washington (AFP) Samedi 25 Mai 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Les motards du "Rolling Thunder" lors de la "bénédiction des motards" à la cathédrale nationale de Washington" le 24 mai 2019 (AFP-Eva HAMBACH)

La capitale américaine sera pour la dernière fois dimanche bercée par les ronronnements des pots d'échappement de milliers de motos en hommage aux soldats portés disparus, les organisateurs déplorant un manque de coopération des autorités et une hausse des dépenses.

"Nous n'oublierons jamais": derrière ce mot d'ordre, des milliers de motards du "Rolling Thunder" défilent chaque année depuis plus de 30 ans à Washington, pour honorer les soldats qui ont péri sous le drapeau américain mais aussi les disparus.

Vestes en cuir sur les épaules, drapeau américain sur leur moto et venus de tous le pays, ces hommes et femmes roulent du Pentagone jusqu'au Mall, la célèbre artère de la capitale fédérale où se situe un mur marqué de près de 60.000 noms de soldats américains morts durant la guerre du Vietnam.

2019 sera la 32e et "dernière manifestation de l'organisation dans son ensemble à Washington", avait annoncé en décembre dernier les organisateurs, dont Artie Muller, vétéran du Vietnam et l'un des fondateurs de l'évènement.

"Les raisons qui ont motivé notre décision étaient le manque continu de coopération de la police du Pentagone et des responsables de la police de Washington, le harcèlement accru de nos supporters et de nos sponsors", poursuivait le communiqué.

Et les organisateurs de citer également un coût financier ayant grimpé en flèche à plus de 200.000 dollars, un manque de financement par de nouveaux sponsors et un déclin de la vente au public de produits dérivés.

Cette nouvelle a, semble-t-il, attristé le président américain.

"Je ne peux pas croire que le Rolling Thunder a tant de difficultés avec les permis à Washington D.C. Ce sont de grands Patriotes que j'ai appris à connaître et voir à l'oeuvre", a tweeté samedi Donald Trump.

Le révérend Andrew K. Barnett, à droite, bénit les motos devant la Washington National Cathedral de Washington, le 24 mai 2019 (AFP-Eva HAMBACH)

"Ils aiment notre Pays et notre Drapeau. Si je peux aider, je le ferai", a poursuivi le locataire de la Maison Blanche, en voyage au Japon.

L'évènement, fondé en 1988, avait, à l'époque, rassemblé moins de 3.000 participants. Les fondateurs tenaient notamment à alerter sur le sort de milliers d'Américains prisonniers de guerre.

Ils étaient plus de 500.000 à défiler, en deux roues, dans les rues de la capitale fédérale, l'an dernier, selon plusieurs médias américains.

Si Washington ne verra plus défiler ces milliers de motards, les organisateurs espèrent voir des "Rolling Thunder" locaux dans certains Etats du pays en 2020.

Dans la capitale, les célébrations ne se limitaient pas au défilé de dimanche. Des motards se sont réunis vendredi devant la Washington National Cathedral pour recevoir le "Blessing of the Bikes", la bénédiction des motos.

Selon l'agence fédérale spécialisée DPAA, plus de 82.000 soldats américains restent considérés comme disparus, dont 72.000 manquent à l'appel depuis la Seconde guerre mondiale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.