Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Société / Energie et climat: échec d'une offensive de sénateurs PS contre les "géants des mers"

Energie et climat: échec d'une offensive de sénateurs PS contre les "géants des mers"

Paris (AFP) Jeudi 18 Juillet 2019

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Deux gigantesques navires de croisière, le 12 juillet 2019 à Rostock (Allemagne) (dpa/AFP-Bernd WUESTNECK)

Des sénateurs PS, menés par l'élue marseillaise Samia Ghali, ont échoué jeudi à faire interdire de séjour dans les ports les bateaux de croisière géants, grands comme des immeubles, ou à les taxer davantage.

Les différents amendements défendus par la sénatrice des Bouches-du-Rhône lors de l'examen en première lecture du projet de loi énergie et climat ont été rejetés.

L'un visait à interdire, à partir du 1er janvier 2024, le séjour en port des navires les plus polluants. Un autre visait à intégrer dans le calcul des droits de port la pollution engendrée par les carburants des navires qui stationnent.

A également été rejeté un amendement PS visant à instaurer "une redevance de séjour" pour ces navires de croisière, semblable à une taxe de séjour forfaitaire, "pour compenser les conséquences environnementales et sanitaires dommageables de leur consommation énergétique".

Durant leur stationnement, les navires continuent de consommer du carburant polluant et "génèrent ainsi en continu des particules fines".

"Ces navires pénètrent dans les villes", a plaidé Mme Ghali, citant Marseille mais aussi la Corse. "Le tourisme des usines à cancer, nous n'en voulons pas".

La ministre des Transports Elisabeth Borne, également ministre de la Transition écologique, a assuré partager "tout à fait cette préoccupation": "On ne peut pas se satisfaire d'avoir une pollution liée aux navires dans les ports".

Elle s'est toutefois opposée aux différents amendements, arguant notamment que de nouvelles normes s'appliqueront au 1er janvier 2020 qui divisent par sept la teneur en soufre des carburants maritimes.

Le port de Marseille propose déjà des branchements électriques à quai et "va investir 20 millions d'euros supplémentaires pour devenir le premier port 100% électrique de Méditerranée en 2025", a-t-elle souligné.

Début juin, plusieurs milliers de personnes avaient manifesté à Venise pour demander l'interdiction du passage des grands navires dans la lagune.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.