Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / F1: Alonso ne disputera pas la saison 2019

F1: Alonso ne disputera pas la saison 2019

Londres (AFP) Mardi 14 Août 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Le pilote de F1 espagnol Fernando Alonso avant le GP de Hongrie, le 29 juillet 2018 à Budapest (AFP/Archives-ANDREJ ISAKOVIC)

L'Espagnol Fernando Alonso, double champion du monde de Formule 1 (2005, 2006) chez Renault, va arrêter de courir en F1 à la fin de la saison 2018, a annoncé mardi son écurie McLaren, dans un communiqué.

"Je veux remercier tout le monde chez McLaren. Cette équipe est dans mon cœur pour toujours", écrit Alonso, 37 ans, cité par McLaren. Il évoque aussi le besoin "de changer", de "passer à autre chose", et "d'explorer de nouvelles aventures".

"Je sais qu'ils reviendront plus forts et meilleurs dans l'avenir. Ce sera peut-être le bon moment pour que je revienne dans cette série (la F1, ndlr). Cela me rendrait vraiment heureux", ajoute-t-il, pour éviter qu'on parle de retraite définitive de la F1.

L'écurie anglaise, motorisée par Renault, ne donne pas de précision sur ce que le champion espagnol a l'intention de faire dans l'avenir. Elle se contente d'annoncer qu'il ne "disputera pas la saison 2019 de Formule 1".

Pour le remplacer, un autre Espagnol, Carlos Sainz Jr, très proche d'Alonso, est actuellement en pole position. Il va être remplacé la saison prochaine chez Renault par l'Australien Daniel Ricciardo.

Le pilote espagnol Fernando Alonso entouré du Japonais Kazuki Nakajima (g) et du Suisse Sebastien Buemi, victorieux des 24h du Mans, le 17 juin 2018 (AFP-LOIC VENANCE)

"Nous respectons sa décision, même si nous sommes convaincus qu'il est dans la meilleure forme de sa carrière", écrit Zak Brown, le patron de McLaren, qui l'avait autorisé l'an dernier à participer aux 500 Miles d'Indianapolis.

Depuis début 2015, en 68 Grands Prix souvent frustrants, à cause d'un déficit chronique de performance avec le moteur Honda, et d'une cascade d'abandons, Alonso n'a plus jamais réussi à monter sur un podium de F1.

Vainqueur en juin dernier des 24 Heures du Mans dans une Toyota hybride, et double vainqueur du GP de Monaco en 2006 et 2007, il ne lui manque plus que les 500 Miles d'Indianapolis pour conquérir la "triple couronne".

Une victoire à Indianapolis lui permettrait de rejoindre l'Anglais Graham Hill au palmarès des pilotes les plus complets de l'histoire du sport automobile.

Alonso n'a plus gagné en F1 depuis 2013. C'était sa 32e victoire, lors du GP d'Espagne à Barcelone, dans une Ferrari. La saison précédente, il avait échoué de justesse dans sa quête d'un 3e titre mondial, subtilisé lors du dernier GP de la saison, au Brésil, par l'Allemand Sebastian Vettel.

Engagé avec Toyota pour le Championnat du monde d'endurance 2018/2019, qui se terminera en juin prochain au Mans, Alonso peut conquérir une troisième étoile dans un prototype du constructeur nippon.

En monoplace, et après 17 saisons de F1, le prochain défi d'Alonso se déroulera probablement de l'autre côté de l'Atlantique, dans le championnat Indycar remporté avant lui par Nigel Mansell et Jacques Villeneuve, deux autres champions du monde de F1.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.