Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Hécatombe chez les Bleus avant les Pays-Bas

Hécatombe chez les Bleus avant les Pays-Bas

Clairefontaine-en-Yvelines (France) (AFP) Lundi 12 Novembre 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

Le sélectionneur des Bleus Didier Deschamps en conférence de presse à Clairefontaine-en-Yvelines le 12 novembre 2018 (AFP-FRANCK FIFE)

Série noire pour Didier Deschamps: le sélectionneur des Bleus a fait face à une cascade de forfaits lundi, quatre jours avant un choc décisif contre les Pays-Bas en Ligue des nations.

Novembre est "une période souvent difficile pour les joueurs, avec pas mal de blessés à droite ou à gauche". Au moment de commenter les forfaits de Paul Pogba (cuisse) et Anthony Martial (adducteurs), lundi en début d'après-midi, le patron des champions du monde ne savait peut-être pas que la liste s'allongerait encore.

Près de deux heures après sa conférence de presse, la Fédération a annoncé le forfait d'Alexandre Lacazette, appelé pour remplacer Martial, puis celui de Benjamin Mendy.

L'attaquant d'Arsenal, "indisponible, ne pourra pas répondre à sa convocation en équipe de France", une décision vue avec le staff médical du club anglais, selon la FFF. Quant au défenseur de Manchester City, il "souffre d'une entorse du genou gauche et d'une lésion méniscale", énième coup dur pour le joueur, après sa rupture des ligaments croisés la saison dernière.

C'est une drôle de série pour Deschamps, déjà privé de Lucas Hernandez et Samuel Umtiti en défense. D'autant que son vice-capitaine Raphaël Varane, préservé dimanche avec le Real Madrid, se remet à peine d'une blessure musculaire aux adducteurs de la cuisse droite.

Trois joueurs profitent de la pluie de forfaits: le revenant Moussa Sissoko, absent depuis plus d'un an, ainsi qu'Alassane Plea et Ferland Mendy, convoqués pour la première fois en équipe de France.

Le défenseur de Lyon Ferland Mendy réalise un grand saut en avant puisque le joueur de 23 ans, très en vue depuis le début de saison, n'est même pas passé par les sélections nationales de jeunes.

Plea ne compte pour sa part qu'une seule cape en 2014 avec les Espoirs. Mais l'ancien attaquant de Nice, 25 ans, enchaîne les buts actuellement avec le Borussia Mönchengladbach. Son triplé ce week-end contre le Werder Brême fait de lui le deuxième meilleur artificier du championnat d'Allemagne avec 8 réalisations.

- Statut "assumé" -

Quant à Sissoko, brillant à l'Euro-2016 notamment lors de la finale perdue (0-1) face au Portugal, il n'a plus porté la tunique bleue depuis sa 53e et dernière sélection, en octobre 2017 contre le Bélarus lors des qualifications pour le Mondial-2018.

Mais son profil polyvalent et sa loyauté ont toujours plu à Deschamps qui le présente régulièrement comme "un bon soldat", même quand son joueur traverse des périodes difficiles en club. Pas présent cet été en Russie, le puissant milieu de Tottenham de 29 ans faisait ainsi partie des onze suppléants appelés à remplacer un éventuel blessé.

Les Bleus disposent de quatre jours pour préparer leur dernier match de poule en Ligue des nations, vendredi à Rotterdam contre des Néerlandais qu'ils ont battus le 9 octobre au Stade de France (2-1) sur un but décisif d'Olivier Giroud, son 32e en Bleu.

Une victoire ou un nul permettrait aux champions du monde d'accéder à la phase finale du tournoi au mois de juin. Une défaite en revanche les placerait sous la menace de leurs adversaires, qui doivent disputer un dernier match le 19 novembre en Allemagne.

Les Français se frotteront également à l'Uruguay le 20 novembre dans une rencontre amicale au Stade de France censée leur offrir un style d'opposition différent de celui proposé en Ligue des nations.

Viendra ensuite l'heure du bilan post-Mondial pour Deschamps, sacré le 15 juillet à Moscou vingt ans après l'avoir été comme joueur. L'ancien milieu de Marseille et de la Juventus Turin s'est toutefois déjà montré satisfait de la prestation de ses joueurs.

"Il ne faut pas minimiser ce qu'on a fait depuis le mois de septembre par rapport à ce titre mondial", a relevé lundi le sélectionneur. "L'état d'esprit est toujours là", même s'il y a "toujours une marge de progression", selon lui.

Les champions du monde, face à l'Allemagne (0-0 à Munich et 2-1 à Saint-Denis) et aux Pays-Bas (2-1), ont "assumé" leur nouveau statut. "On va continuer de l'assumer sur les deux derniers matches" pour boucler une année 2018 en or, veut croire "DD". Mais il faudra se remettre de cette cascade de forfaits.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.