Vous êtes ici : Accueil / Info en Continu / Sport / Ligue 1: pour Monaco et Nantes, il est temps de réagir

Ligue 1: pour Monaco et Nantes, il est temps de réagir

Paris (AFP) Mardi 25 Septembre 2018

Diminuer le texte Taille par défaut Augmenter le texte
Imprimer Ajouter aux favoris
Partager sur Facebook

La déception des Monégasques contraints à un match nul à domicile par le promu nîmois, le 21 septembre 2018 (AFP/Archives-VALERY HACHE)

Une victoire en huit matches pour Monaco, une en six journées pour Nantes: les deux formations ne doivent pas se louper mardi, respectivement contre Angers et Nice pour la 7e journée de Ligue 1, s'ils veulent éviter de plonger dans la crise.

A Monaco, "la question est: l'équipe va-t-elle progresser suffisamment pour parvenir à jouer le podium?," son objectif de fin de saison, s'est inquiété l'entraîneur Leonardo Jardim, pourtant habitué à réaliser des miracles chaque saison avec un effectif renouvelé.

"Il ne faut pas penser au retard que l'on a," a-t-il plaidé vendredi après le nul contre le promu Nîmes (1-1). "Lors de ma première saison ici, on avait 15 points de retard sur Marseille et on est passé devant lors de la dernière journée."

Après six journées, les Monégasques ont quatre points de retard sur les Marseillais et les Lyonnais, leurs adversaires directs pour les places qualificatives pour la Ligue des champions. Rien de dramatique, donc, à condition de se remettre à gagner.

Défait au Trophée des champions (4-0), en Ligue des champions contre l'Atletico Madrid (2-1), Monaco n'a gagné qu'un match de championnat, contre Nantes (3-1) lors de la première journée. En ayant affronté, outre l'OM, des formations a priori inférieures, comme Toulouse (1-1), Lille (0-0) ou Bordeaux (défaite 2-1).

Nantes non plus ne gagne plus. Les Canaris ont été défaits par Lille samedi (2-1) et pointent à une inconfortable 18e place, celle du barragiste, avant la réception d'un autre mal parti, Nice.

Surtout, l'entraîneur Miguel Cardoso a été critiqué par son président Waldemar Kita, pour qui "jouer à la baballe, c'est bien mais, à un moment, il faut jouer au ballon, aller vers le but pour marquer".

L'entraîneur du FC Nantes Miguel Cardoso battu lors d'un déplacement en Ligue 1 à Lille, le 22 septembre 2018 (AFP/Archives-DENIS CHARLET)

Le bouillant dirigeant reproche notamment à son nouveau coach de laisser sur le banc certaines des recrues de l'été, même celles parfois onéreuses comme Anthony Limbombe. "Les joueurs qu'on souhaite, il faut les faire jouer," a-t-il taclé. Pas forcément le meilleur des contextes pour préparer la réception de Niçois sans doute revanchards après leur défaite 1-0 à Montpellier.

Plus tard mercredi, Lyon devra prolonger sa spirale positive à Dijon une semaine après son exploit en Ligue des champions contre Manchester City (2-1). Tandis que Marseille, corrigé lors de l'"Olympico" dimanche (4-2), doit vite retrouver la victoire contre Strasbourg.

Enfin le PSG a l'occasion d'étendre son sans faute à 7 rencontres de L1 en recevant le promu Reims à 21h00 au Parc des Princes, où il est le plus souvent sans pitié pour ses invités.

Programme de la 7e journée de Ligue 1 mardi et mercredi:

Mardi

(19h00) Monaco - Angers

Nantes - Nice

(21h00) Toulouse - Saint-Etienne

Mercredi

(19h00) Bordeaux - Lille

Caen - Montpellier

Dijon - Lyon

Marseille - Strasbourg

Amiens - Rennes

Nîmes - Guingamp

(21h00) Paris SG - Reims

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 Agence France-Presse.
Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.